Sur presque toutes les rues de Bordeaux on peut observer de fausses fenêtres ou des fenêtres condamnées qui ajoutent un côté mystérieux a...

Les fenêtres condamnées de Bordeaux

Sur presque toutes les rues de Bordeaux on peut observer de fausses fenêtres ou des fenêtres condamnées qui ajoutent un côté mystérieux aux immeubles. Quelle en est l'explication ?  

Le sujet a été brièvement évoqué lors d'un récent dossier sur le blog : dans la plupart des cas ces fenêtres ont été condamnées au cours du 19e siècle afin de payer moins d'impôt sur les fenêtres, forme de taxation qui remonte jusqu'à l'époque de l'empire romain et appliquée en France entre 1798
Rue Croix-de-Seguey.
et 1926. Ce système servait ainsi de moyen de calcul plus simple que d'avoir à mesurer la surface des biens immobiliers.

Bien que ce soit la principale raison pour laquelle tant de fenêtres ont disparu, il peut y en avoir d'autres : dans certains cas, les propriétaires peuvent avoir ajouté des motifs en forme de trompe l'œil pour donner de la cohérence et / ou de la symétrie à une façade, ou pour rythmer visuellement un espace vide et monotone. Enfin, certains ont peut-être simplement choisi de bloquer leurs fenêtres pour des raisons structurelles ou parce qu'il y avait trop de lumière du jour dans leurs pièces !

Dans de nombreux cas, des fenêtres fantômes de ce type peuvent être repérées sur des bâtiments situés à des angles de rues ; évidemment, l'exercice est plus simple et logique lorsqu'on possède deux façades. C'est le cas des immeubles en photo ci-dessous sur la rue Commandant-Arnould (également en vedette dans la photo principale de cet article) et la rue Barennes. Dans les deux cas, l'alignement des briques et l'aspect lisse laissent à supposer qu'il s'agit de fenêtres en trompe l'œil.


Les grands bâtiments en photo ci-dessous, sur les rues du Serpolet, du Chai-des-Farines et Ducau, comptent de nombreuses fenêtres fantômes. La résidence de la rue Ducau à droite se présente presque comme un jeu de Tetris en cours, les fenêtres condamnées remplaçant progressivement les vraies de bas en haut !
 

Ce charmant bâtiment, à l'angle de la rue du Hâ et de la rue des Étuves, comprend même des publicités peintes à la main (dont le nom en anglais est "ghostsigns", un sujet récurrent sur le blog Invisible Bordeaux !). À l'étage inférieur, la présence d'une fenêtre d'angle laisse supposer qu'il y a peut-être aussi eu des fenêtres similaires sur les niveaux supérieurs dans une vie antérieure.


Le scénario ci-dessous est un grand classique, en particulier lorsque les bâtiments concernés ne se situent pas en angle de rue : des rangées complètes de fenêtres manquent tout simplement à l'appel ! Ces photos ont été prises sur le cours Pasteur et la rue des Bahutiers.


Le phénomène n'est en aucun cas limité aux grands immeubles du centre-ville. Les maisons bourgeoises dans les quartiers résidentiels sont également à court de quelques fenêtres, comme on peut le voir ici rue Rochambeau, rue des Deux-Ormeaux et cours Marc-Nouaux. Dans chaque cas,  de nombreuses fenêtres (et même une grande porte en forme d'arche) ont soit disparu, soit n'ont jamais existé !


Des maisons particulières plus modestes ne sont pas en reste, comme ici sur la rue Henri-Matisse (où pas moins de trois des six fenêtres du premier étage ont été a priori condamnées) et la rue de l'Arsenal.


Pendant ce temps, à l'autre bout de l'échelle du petit monde bordelais, le château Pape-Clément, à Pessac, possède également ses propres fenêtres condamnées !


Dans certains cas, ces mystérieuses fenêtres ont été modifiées pour devenir de véritables trompe-l'œil. C'est le cas par exemple sur la rue Mandron, où les fenêtres de la rangée à gauche de l'image ci-dessous sont d'authentiques illusions d'optique, les fausses fenêtres ayant été peintes de manière convaincante pour ressembler à des vraies !
 

Ailleurs, comme ici rue Ravez, d'importants efforts ont été faits par le passé pour dissimuler et embellir les fausses fenêtres en y ajoutant des stores extérieurs. Par contre, ces stores ont connu des jours meilleurs...


Mais voici, ci-dessous, une des utilisations les plus originales d'une fenêtre fantôme, à voir sur la rue d'Arcachon. Un panneau apposé sur la fenêtre présente, de manière tout à fait appropriée, une interprétation de la "Figura en una finestra" de Salvador Dalí. La copie est signée "B. Bodin d'après Dalí".
 

À vous désormais de partir à la recherche de vos propres fenêtres fantômes et de décider pourquoi elles sont là. Et vous verrez qu'une fois que l'on commence à les repérer, on en voit dans tous les quartiers et de tous les côtés!


0 commentaires:

Il y a quelques jours, j'ai assisté à un concert du duo folk indie australien Angus & Julia Stone à l'Espace Médoquine de ...

L'heure des dernières séances pour l'Espace Médoquine

Il y a quelques jours, j'ai assisté à un concert du duo folk indie australien Angus & Julia Stone à l'Espace Médoquine de Talence (ou, tout simplement, "la Médoquine"). Ce fut vraisemblablement ma dernière venue dans cette salle qui fermera définitivement ses portes en 2018, pour être remplacée par des résidences et des espaces verts.

Cet espace polyvalent, principalement considéré comme une salle de concert mais aussi utilisé par  diverses associations et entreprises locales pour l'organisation de réunions, conférences ou autres animations, a été construit à la fin des années 1980 selon les plans de l'architecte gujanais Bernard Vayssière. La première tête d'affiche de la Médoquine fut Yves Duteil, le 4 mars 1989.

Selon la configuration retenue, la Médoquine pouvait accueillir entre 250 et 1 000 spectateurs assis et jusqu'à 3 000 debout. La configuration debout est celle que je connais le mieux en tant que spectateur ; au cours de mon premier séjour à Bordeaux dans les années 1990, j'y ai vu plusieurs de mes artistes préférés, dont Joe Jackson, Lloyd Cole, Stephen Duffy et Tears For Fears. Plus récemment, mes sorties à la Médoquine m'ont permis de voir le groupe de rock électronique Archive et le groupe pop alternatif Metronomy.
Avant l'arrivée du code-barres : d'anciens sésames pour la Médoquine !
Metronomy en novembre 2014.
Cela dit, l'un des (non-) événements les plus mémorables que j'associe à la Médoquine fut la venue d'Oasis en 1996, alors à l'apogée de leur carrière en pleine déferlante Britpop. Le groupe, apparemment peu convaincu par les barrières de sécurité installées devant la scène, a décidé tout simplement d'annuler sa représentation à la dernière minute, provoquant la déception, le mécontentement voire la colère de la foule qui attendait dehors ! (Le groupe est néanmoins revenu à la Médoquine en 2009 et a livré un set, paraît-il, peu inspiré.)

Mais les livres d'histoire de la musique locale retiendront davantage la prestation remarquée des INXS de Michael Hutchence en juin 1993, alors en tournée de salles moyennes en sortant d'une période où le groupe remplissait les stades du monde entier. La Médoquine était parfaitement adaptée à leurs besoins. Autre venue remarquable : le passage à Talence d'un certain David Bowie dans le cadre de sa tournée "Earthling" en juin 1997, l'unique fois où Bowie se produisit dans la région.

Au-delà de mes souvenirs personnels de concerts, mon poste au sein de l'équipe Communication de Thales m'a permis de voir la Médoquine sous un autre angle, passant des journées entières sur place pour l'organisation de réunions de début d'année pour nos équipes. Cela m'a notamment permis de me positionner en régie au milieu de la salle en ayant l'impression d'être un peu le roi de la Médoquine, ou encore de me promener sur scène devant la salle vide en me prenant un peu pour Joe Jackson ou David Bowie

Sur scène : les chaises en moins, le public en plus et voilà la vue qu'avait Bowie de la Médoquine.
Le panorama depuis la régie.
Cependant, le souvenir le plus marquant de ces journées passées à la Médoquine, généralement au plus fort de l'hiver, est combien il faisait froid dans la salle. Bien que le chauffage soit allumé le matin, il fallait attendre le milieu de l'après-midi pour que la température soit à peu près supportable. Ayant plutôt l'habitude de travailler dans un environnement de bureau classique, mes jours à la Médoquine s'apparentaient donc à une sortie aux sports d'hiver. Les managers Thales, sur place avant leurs interventions devant les collaborateurs de l'entreprise, révisaient souvent leurs discours vêtus de grands manteaux et de grosses écharpes. Par contre, lors de soirées concerts, le lieu était toujours une fournaise, quelle que soit la saison. Allez comprendre pourquoi...

Les coulisses de la scène de la Médoquine.
Ce qui nous amène, sans transition, aux raisons pour lesquelles la Médoquine, qui reste la propriété de la municipalité de Talence, est vouée à disparaître : l'espace, vieillissant avant l'heure, avait grand besoin d'être modernisé et la facture se serait élevée à 2 à 4 millions d'euros. Et bien que la gestion du lieu ait été confiée à la société d'économie mixte Talence Gestion Équipement, la commune a dû continuer à subventionner la salle à hauteur de 322 000 euros par an, et a financé l'intégralité de différentes opérations de maintenance et de réparation. Que de bons arguments pour justifier la décision de la commune de vendre la zone à des promoteurs immobiliers, et d'utiliser l'argent récupéré pour financer la future construction d'un nouveau complexe plus près du centre-ville de Talence comprenant une école de musique et de danse, ainsi qu'un auditorium.

Les formes futuristes de la Médoquine seront bientôt du passé...
De plus, alors que les concerts ne représentaient qu'un peu moins d'un tiers du chiffre d'affaires annuel moyen (29 %, alors que les événements d'entreprise généraient 39 % et les événements municipaux / associatifs 32 %), la Médoquine conservait son image de salle de concert dans un paysage bordelais où il y a de moins en moins de marge de manœuvre. La Médoquine se trouvait donc en concurrence frontale avec des homologues plus modernes, plus attrayants et mieux équipés comme le Rocher de Palmer (comprenant des salles individuelles de 250, 650 et 1 200 places), qui coordonne son riche programme de concerts en partenariat avec Rock School Barbey à Bordeaux et le Krakatoa à Mérignac.

À la périphérie de la ville de Bordeaux, le théâtre du Casino Barrière et des salles de banlieue comme le théâtre des Quatre Saisons à Gradignan drainent également artistes et clients qui auraient pu choisir la Médoquine. Enfin, à Floirac, le Bordeaux Metropole Arena, à la pointe de la technologie et du confort, ouvrira prochainement ses portes, proposant des capacités allant de 2 500 à 11 300 places, en remplacement de la Patinoire Mériadeck (en tant que salle de concert) en centre-ville et grignotant, inévitablement, la part de marché potentielle de la Médoquine. Et, pendant ce temps-là, la ville de Cenon envisage la construction d'une nouvelle salle de 2 500 places à côté du Rocher de Palmer!

Angus & Julia Stone et un océan de téléphones portables, octobre 2017. Le grand oiseau est le chainon manquant entre les Muppets et Spinal Tap.
À en croire les médias, en écoutant par exemple le reportage consacré au sujet par France Bleu en 2015, les habitants ont des sentiments mitigés par rapport à la fermeture de la Médoquine. Beaucoup appréciaient l'animation que la salle apportait au quartier, où chaque événement était synonyme de soirées rentables pour les bars et fast-foods à proximité. Mais d'autres ne regretteront pas la salle et ses nombreux spectateurs ; ils avaient déjà exprimé leur mécontentement vis-à-vis des activités de la Médoquine, entraînant des mesures telles qu'un couvre-feu strict pour les concerts à 22h30. Et ces mêmes personnes seront ravies de ne pas avoir à revivre des incidents médiatisés tels que les actes de vandalisme nocturnes perpétrés en mars 2017 avant le meeting d'Emmanuel Macron, alors en campagne présidentielle.

Donc, avec quelques mois d'avance sur le dernier concert à la Médoquine qui selon la programmation actuelle serait la venue d'Hugues Aufray le 29 mars 2018, saluons chaleureusement la Médoquine. Merci pour les souvenirs et bonsoir Talence !

La salle se vide à la fin du set d'Angus & Julia Stone.
Vers la sortie définitive...
> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : la Médoquine, 224-226 cours Gallieni, Talence.
> La Médoquine a toujours son site internet officiel : www.medoquine.com 
> Certaines données dans cet article sont tirées d'un excellent article fortement recommandé du côté de Rue 89 Bordeaux : http://rue89bordeaux.com/2017/03/fin-de-vie-indigne-medoquine/
> This article is also available in English!  

[BONUS] Voici la setlist du concert de David Bowie à la Médoquine en 1997 (via setlist.fm) :
 
David Bowie Setlist Espace Médoquine, Talence, France 1997, Earthling

0 commentaires:

Il y a quelques semaines, Le Bordeaux Invisible s'est entretenu avec Rich Heard au sujet du projet Frankton 75 visant à reproduire ...

Retour sur le projet Frankton 75 !


Il y a quelques semaines, Le Bordeaux Invisible s'est entretenu avec Rich Heard au sujet du projet Frankton 75 visant à reproduire le mythique Opération Frankton de 1942, le raid sur le port de Bordeaux à l'issue duquel seuls deux survivants ont pu regagner le Royaume-Uni : Herbert "Blondie" Hasler (1914-1987) et Bill Sparks (1922-2002), le grand-père de Rich. 

L'équipage Frankton 75, qui comptait également Mike, le frère de Rich, et leur oncle Terry (fils de Bill Sparks), a brillamment réussi sa mission fin septembre / début octobre, remontant l'Estuaire de la Gironde sur quatre jours avant de rallier Blaye à Ruffec à pied pendant les quatre jours suivants. J'ai repris contact avec Rich afin d'en savoir plus.

Que savez-vous désormais sur ce qu'a vécu votre grand-père il y a 75 ans de cela ?

J'ai beaucoup appris sur la Gironde et les environs, sur les points de chute où mon grand-père s'est caché pendant la journée et sur les conditions auxquelles les Marines ont dû faire face pendant leurs nuits sur l'eau, ainsi que le long parcours à travers la campagne française en ce qui concerne Sparks et Hasler.

Je ne savais pas qu'ils avaient été hébergés dans une ferme près de Ruffec pendant 41 jours, littéralement gardés dans une pièce afin qu'ils ne soient pas vus ! J'ai eu le plaisir de rencontrer René, le fils du fermier qui logeait mon grand-père. J'ai aussi entendu parler d'une histoire amusante : pendant cette période en isolement, Hasler et Sparks ont perdu une bonne partie de leur forme physique, source de moquerie d'un officier de la RAF lors de leur traversée des Pyrénées !

Racontez-nous ce défi d'un point de vue physique et mental.

En termes de forme physique, c'était incroyablement difficile et ces huit longues journées consécutives ont été particulièrement rudes. En pagayant c'était dur pour nos derrières, nos épaules et nos dos, les kayaks n'étant pas nécessairement construits pour le confort, mais nous nous sommes débrouillés et l'avons terminé plus vite que prévu.

Parfois, on avait l'impression que des points de repère se déplaçaient le long de la rive pour nous piéger ; le premier jour, entre le Verdon et Pauillac, nous avons mis trois heures à passer devant un phare ! Cela donne une idée de l'échelle de la Gironde !

Les trois kayaks à l'approche de Macau à la fin de leur deuxième jour sur l'eau.

Le retour sur terre (moyennement) ferme à Macau.
La partie à pied était autre chose encore ! Vu les kilomètres qu'on devait parcourir, nous marchions quasiment du lever du soleil jusqu'à son coucher. Après quatre jours avec les pieds dans l'eau, la première journée de marche fut incroyablement douloureuse. J'ai eu des ampoules de sang sur les deux talons !

Ces quatre jours ont été un défi pour le mental. Nos corps souffraient et nous dormions peu puisque nous arrivions tard à chaque ville étape et devions être debout de bonne heure. Mais nous sommes restés solidaires et avons œuvré ensemble pour relever notre défi !


Devant la Toque Blanche à Ruffec !
Quels étaient les temps forts de votre aventure, et quels étaient les épreuves les plus difficiles ?

Nous avons rencontré de nombreux Français qui étaient ravis de nous aider et de nous soutenir, ainsi que de donner de leur temps pour nous montrer les sites et les mémoriaux dédiés aux Marines.

Parmi les temps forts : le moment où nous avons embarqué dans nos kayaks le premier jour, et le demi-tour que nous avons dû faire lorsque nous sommes allés trop loin en chemin pour Pauillac. Et puis, lors de notre arrivée à Blaye, nos regards tournés vers l'Estuaire à la fin de notre voyage sur l'eau.

Un autre temps fort était notre arrivée à Ruffec et la découverte de la Toque Blanche. Quelle émotion de se retrouver dans la même pièce où notre grand-père a retrouvé la Résistance ! Nous avons versé quelques larmes. Tant de choses se sont passées dans cette pièce sans lesquelles je ne serais pas en vie ! 

Pour moi personnellement, les moments les plus difficiles étaient lors de la deuxième journée de la marche. Je souffrais dès le départ et, après 30 kilomètres, j'étais vraiment mal en point. La douleur était presque supportable, mais le tout avait un impact sur notre rythme global et aurait pu mettre tout notre planning en péril. J'ai donc pris la décision difficile de rester au repos le troisième jour... mais j'ai pu reprendre la marche pour la dernière manche !   

Un grand dîner avait été organisé pour notre arrivée à Courcôme, ce qui était incroyable ! Cinquante personnes sont venues nous rencontrer et passer la soirée avec nous ! C'était comme si nous étions des célébrités, nous avons été accueillis avec des cris et des applaudissements !

Les festivités à Courcôme, à l'initiative de Mary Messer, Jean-Claude Déranlot et l'association Frankton Souvenir.
Que retenez-vous des paysages du sud-ouest de la France ? 

Il y avait tant de jolies petites communes, et d'innombrables superbes collines recouvertes de vignes ! Nous avons commencé notre promenade le long de la Gironde sur le site où Hasler et Sparks ont coulé leur canoë. C'était un endroit incroyable à visiter et a été un bon point de départ pour se concentrer sur notre randonnée.

La marche à Ruffec restera gravée à jamais dans ma mémoire, dans les rues de la ville jusqu'à la Toque Blanche, puis de voir ce bâtiment qui était si familier grâce à des photos. À couper le souffle !

 [Entracte vidéo : l'aventure en images... qui bougent !]

Et maintenant ?

Eh bien, nous continuons à recueillir des fonds pour Weldmar Hospice Care. Chose formidable, nous venons d'atteindre l'objectif fixé au départ, à savoir de récolter 10 000 £ ! Nous en sommes bien sûr ravis !

Quant à moi, j'ai hâte de retrouver mon rythme familial, de profiter de ma petite famille et de m'habituer à mon nouvel emploi ! Qui sait quelle sera la prochaine aventure, je suis toujours prêt à relever un nouveau défi !


> Vous pouvez encore contribuer au projet Frankton 75 via cette page Justgiving : www.justgiving.com/Frankton75inthefootstepsofourgrandfather
> This article is also available in English!

0 commentaires:

Bordeaux Métropole est composée de 28 communes et chaque municipalité a son maire, sa mairie, son site internet et son logo ! Invisible ...

Un petit tour sur les logos des communes de Bordeaux Métropole


Bordeaux Métropole est composée de 28 communes et chaque municipalité a son maire, sa mairie, son site internet et son logo ! Invisible Bordeaux s'est donc lancé le défi de recenser ces 28 logos, et, afin que la découverte de ces identités visuelles soit la plus indolore à la lecture, les a classés dans diverses catégories dont la première répertorie...

... les logos les plus évocateurs
Cette première sélection s'appuie sur des symboles : le nouveau logo de Saint-Médard cherche ainsi à marier l'humain avec la terre et les étoiles, allusion à la contribution d'industriels de la commune à la conquête de l'espace. On retrouve une étoile également du côté de Floirac, clin d’œil probable à l'ancien observatoire situé au sommet de la ville. Bassens propose une réinterprétation du l'emblématique croissant de Bordeaux, rappelant la courbe de la Garonne, la déclinaison en bleue étant sans doute en phase avec les activités de port maritime de la commune. Enfin, Gradignan met en avant son statut historique de ville-étape pour les pèlerins en chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
Les plus élégants
Les logos suivants semblent être les fruits de graphistes professionnels : Artigues et sa fleur à pétales (l'hexagone représente-t-elle la France ?), Pessac et ses anneaux en mouvement, puis Le Taillan, dont le logo est digne d'une étiquette de bouteille de vin. Ne manquez surtout pas la fusion des lettres "a" et "n" du mot Taillan avec le "M" de Médoc, dans un carré où le gris urbain rencontre le rouge bordeaux. Le Taillan est aussi le premier de nos logos à incorporer un slogan.

Logos + slogans
Il y a d'autres logos qui intègrent des slogans. Le Bouscat promet ainsi une "ville à vivre" alors que Carbon-Blanc, dont le logo plutôt abstrait était à l'origine conçu par des écoliers de la commune, met en avant trois verbes à l'infinitif : "rêver, partager, innover". Ambès s'annonce comme une "terre de rencontres". Le logo de Cenon, qui semble être tiré d'un conditionnement de lait bio, met en exergue "une nature, des cultures".

Communes en silhouette
Pour Saint-Aubin-de-Médoc, le slogan vient en complément d'un dessin dans l'esprit de la Linea comprenant des arbres, l'église de la commune et une maison très basse (à moins qu'il ne s'agisse d'un sous-marin). Bouliac a aussi opté pour la silhouette en relief de la commune, fusionnée avec de grandes lettres inscrites dans des blocs de couleur dignes d'un jeu de Scrabble détourné. Chose étonnante, le point le plus reconnaissable est l'église de la commune et non le pylône TDF, site pourtant visible depuis des kilomètres à la ronde. Pourquoi cette magnifique antenne n'a-t-elle pas été retenue pour le logo ? :-)
Les plus minimalistes
Le logo de Mérignac utilise des triangles pour créer la forme d'un grand "M" ; selon le site de la commune, les trois couleurs symbolisent l'aéronautique (le bleu), le développement économique (le rouge) et la nature (le vert). Le Haillan a récemment dévoilé son logo, un grand "H", dans un code couleur qui aurait toute sa place dans une pharmacie. Les communes d'Ambarès et de Villenave d'Ornon ont, quant à elles, adopté des formes artistiques qui rappellent en quelque sorte leurs initiales. 
À revoir ?
Allô, Talence ? Quid de ce "l" en forme de grand huit ? Une envie permanente de fête foraine ? Sinon, à Parempuyre l'identité visuelle s'articule autour d'un oiseau de bande dessinée et d'une grappe de raisins. Lormont est une deuxième commune qui privilégie les pétales, en combinaison avec un "l" en bas de casse, de couleur bleue comme l'eau de la Garonne (qui, comme tout le monde le sait, est en fait de couleur marron). Le grand "E" d'Eysines et son rectangle rouge est pour le moins épuré. Quant à Martignas-sur-Jalle, la plus jeune commune métropolitaine (depuis juillet 2013 seulement), l'identité visuelle est actuellement le nom de la ville en police semi-manuscrite, associée aux armoiries historiques de la ville.
Les plus intemporels
Le premier des deux logos suivants est sans doute le préféré d'Invisible Bordeaux : la commune de Bruges a dépoussiéré son écusson historique, qui se marie parfaitement avec le nom de la ville dans une écriture moderne et sobre, le tout dans un ton unique (bleu ciel). Le logo de Bordeaux, quant à lui, est bien connu de la population locale ainsi que des visiteurs. Il a d'ailleurs été longuement traité dans un précédent dossier consacré aux armoiries de la ville (disponible, uniquement en anglais, ici). 

Besoin de rafraîchissement
Rien de particulier à signaler par rapport aux deux logos suivants, si ce n'est qu'un petit coup de jeune ne serait pas de refus. Bègles utilise tout simplement un grand "B" plein de dynamisme. Le code couleur est une nouvelle fois le bleu (rappel : la Garonne est en fait de couleur marron), avec l'ajout d'un triangle de couleur jaune qui indique éventuellement le chemin vers la plage (pourquoi pas Bègles plage ?). Le logo de Blanquefort, à savoir un nouveau texte semi-manuscrit au-dessus d'un tricolore bleu-vert-jaune, doit être bien adapté à un t-shirt blanc ou une serviette de plage, mais on aurait presque envie de quelque chose de plus formel. 
Les inclassables
Et puis nous avons les deux plus petites communes de la Métropole ! Saint-Vincent-de-Paul (1 021 habitants) utilise une image telle-quelle de la médaille ci-dessous dans ses communications officielles. On y aperçoit son église, ses ponts, des raisins et, vraisemblablement, Saint Vincent de Paul lui-même. Saint-Louis-de-Montferrand (2 175 habitants) n'a pas non plus de véritable identité visuelle. Le seul exemple qui sort du lot est ce dessin digne de Miró, qui indique la localisation géographique de la commune, près du point où la Dordogne rejoint la Garonne.
Mais n'oublions pas la Métropole !
Lorsque la Communauté Urbaine de Bordeaux est devenue Bordeaux Métropole en janvier 2015, un nouveau logo a été lancé. À première vue le motif ressemblait à un feu d'artifice multicolore, mais on comprend vite que chaque point noir représente une commune de la Métropole, son emplacement sur le logo étant en cohérence avec son positionnement géographique. Sur le logo de base, le centre de gravité des traits est la ville de Bordeaux. Mais la Métropole a également proposé une déclinaison par commune. Pour chaque variante le code couleur change, et les traits partent depuis le point associé à la commune concernée. Bien que chaque commune ait été encouragée à adopter sa version du logo "métropolitain", dans la pratique le concept n'a eu que peu d'adhésion.
Ci-dessus : les déclinaisons de chaque commune de la Métropole.
Pour finir (merci à vous d'avoir lu jusqu'en bas de la page), en réponse à une suggestion faite par mon collègue Edgar, voici une carte permettant de situer chacune des communes de la Métropole :


Et voici ces mêmes logos transposés sur le logo de Bordeaux Métropole sur les points qui les symbolisent !
Maintenant que vous connaissez tous les logos des communes de la Métropole, testez-vous en faisant le "logo quiz" Invisible Bordeaux

1 commentaires:

Nous avons déjà rencontré à deux reprises l'illustre architecte suisse Le Corbusier (1887-1965) sur le blog Invisible Bordeaux, lors...

La première œuvre de Le Corbusier en France ? Le château d'eau de Podensac !

Nous avons déjà rencontré à deux reprises l'illustre architecte suisse Le Corbusier (1887-1965) sur le blog Invisible Bordeaux, lors de la découverte de la Cité Frugès à Pessac et du lotissement aîné de quelques années situé à Lège-Cap-Ferret. Mais le premier et peut-être le plus surprenant des projets de Le Corbusier en Gironde (et également son premier en France) était en fait un curieux château d'eau en forme de phare à Podensac, à 35 kilomètres au sud-est de Bordeaux. 

Au moment de sa construction, en 1917, Charles-Édouard Jeanneret-Gris n'avait pas encore adopté son pseudonyme, Le Corbusier. Il avait été sollicité par un ami, le riche entrepreneur girondin François Thévenot, pour concevoir un château d'eau afin d'assurer l'alimentation en eau de sa propriété nouvellement acquise (au cœur de laquelle a été construite sa résidence, le Château Chavat).


Le Corbusier a donc dessiné la tour circulaire en béton armé de 25 mètres, construite par la Société d'application du Béton Armé (SABA), l'organisme qui l'employait à l'époque. Un escalier en colimaçon menait jusqu'au réservoir d'eau de 80 mètres cubes mais, surtout, plutôt que d'être une simple tour opaque, la tour comprenait une pièce en hauteur, entourée de grandes fenêtres offrant une vue panoramique sur les alentours. À quoi servait cette pièce ? Certaines sources la qualifient de « gloriette », simple lieu de détente, mais Le Corbusier parlait plutôt de « garçonnière », ce qui suggère que le lieu aurait également servi de point de rencontre discret pour le propriétaire !

Pour couronner le tout : une terrasse en hauteur, bien que le projet incluait initialement un belvédère supplémentaire qui n'a jamais été rajouté.


À l'époque de la Seconde Guerre mondiale, le château d'eau et les terres environnantes sont devenues la propriété de la commune, qui a alors divisé une partie du terrain en petites parcelles (bien que le château et son parc soient restés plus ou moins tel quel). Le château d'eau avait cessé d'opérer en 1940, et a été rejoint par la suite par une tour plus imposante et plus moderne. La structure signée Le Corbusier est alors tombée dans l'oubli jusqu'à ce qu'elle soit « redécouverte » en 1983 par deux architectes néerlandais.

Le château d'eau n'a pas immédiatement été classé monument historique (une demande faite par la municipalité a été rejetée en 1986) et, en 1987, sa gestion a été confiée (pour une durée de 99 ans) au « Groupe des Cinq », un collectif formé à l'origine par cinq architectes (Laurent Cazalis, Alain Loisier, Bertrand Nivelle, Daniel Sarrazin et Jean de Giacinto) avec comme objectif la protection et la revalorisation de sites historiques, en les associant souvent à des événements culturels. Tout au long de la seconde moitié des années 1990, l'association a ainsi supervisé d'importants travaux menés sur le château d'eau (notamment la toiture, la terrasse, et l'intérieur et les fenêtres de la garçonnière) et, en novembre 2005, le parc Château Chavat, ses parcours d'eau, ses serres et le château d'eau ont tous été classés monuments historiques.

Depuis lors, le Groupe des Cinq travaille à dynamiser le château d'eau, en développant son attrait touristique, pédagogique, culturel et historique. Cela s'est notamment traduit par son inscription sur les cartes touristiques locales, l'accueil de groupes scolaires et l'organisation de diverses expositions ou animations. Citons, par exemple, des « sculptures sonores » réalisées par l'acousticien Didier Blanchard en partenariat avec le compositeur Georges Bloch en 1995, ou encore une lecture de conte accompagnée d'un spectacle de lumières intitulé « Les jardins noctiluques », en 2006.

L'entrée du château d'eau.
Lors de mon passage, c'était le calme plat (certes, c'était en fin d'après midi un dimanche d'août). Pour atteindre le pied de la tour, j'ai traversé ce qui semblait être un parking privé ; un panneau indiquait que cela faisait partie du "chantier CSMR", probablement en lien avec des travaux d'agrandissement d'une résidence pour personnes âgées non loin de là. De l'autre côté, un terrain de sport coupe l'accès depuis la route principale. Sur la tour elle-même, il n'y avait aucune mention de la signification historique du lieu, aucun panneau d'information et aucun signe de vie ; ce n'est qu'en faisant quelques recherches de retour à la maison que j'ai découvert que le lieu est parfois plus animé et est bien plus qu'une coquille vide.

Cette discrétion est peut-être le souhait de la ville de Podensac. Alors que des amateurs d'architecture se pressent dans la Villa Savoye de Le Corbusier à Poissy, du côté de la Cité Radieuse à Marseille et autour de la Cité Frugès de Pessac (désormais classé patrimoine mondial de l'UNESCO), aucun panneau routier n'indique le chemin vers cette tour qui reste ainsi cachée, hors des sentiers battus, prise en sandwich entre un parking et un terrain de football : le monument historique le plus étrange et le plus improbable de toute la Gironde !

Le Corbusier perd la "battle" des châteaux d'eau.
> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : Podensac water tower, rue Pierre-Vincent, Podensac
> This article is also available in English!
> Un site est entièrement dédié au château d'eau de Podensac :
http://www.chateaudeaulecorbusier.sitew.fr Parmi les trouvailles sur ce site : images de la tour en construction, plans, etc., voir : http://www.chateaudeaulecorbusier.sitew.fr/#LES_PLANS_.B

Cette simulation 3-D, réalisée par Le Groupe des Cinq, donne une idée de ce à quoi ressemble l'intérieur du château d'eau :  

0 commentaires:

C'était un réel privilège de contribuer à l’édition 2017 des journées européennes du Patrimoine grâce à la complicité de mon employ...

Journées européennes du Patrimoine : découverte du Domaine Catros avec la complicité de Thales

C'était un réel privilège de contribuer à l’édition 2017 des journées européennes du Patrimoine grâce à la complicité de mon employeur, Thales, qui a exceptionnellement ouvert les portes de l’arboretum situé dans l’enceinte de notre ancien site du Haillan. 

Le promenades guidées ont permis aux visiteurs de se familiariser avec l’histoire du lieu et également de découvrir les quelques arbres remarquables (cèdre de l’Atlas, pins Douglas, camelia du Japon, etc.) qui subsistent sur le site. Malgré les quelques averses lors du premier des trois créneaux de visite, la cinquantaine de personnes que nous avons reçue a apprécié cette opportunité de découvrir un lieu méconnu.

Cet arboretum, créé par l’ancien pépiniériste royal Toussaint-Yves Catros à la fin du 18e siècle, s’étendait à l’origine sur une superficie de 15 à 20 hectares et a connu une histoire mouvementée (coupes rases, bombardements…). D’abord un véritable « jardin d’Éden » aux dires de nombreux observateurs, grâce notamment à la plantation de nombreuses essences rares obtenues de multiples échanges avec des botanistes et sociétés savantes à travers le monde, aujourd’hui seules les espèces les plus vigoureuses ont survécu, à savoir tout ce qui a pu rejeter ou se ressemer naturellement.

Cette opération était bien une première pour Thales mais aussi sans doute une dernière puisque, après 46 années de présence, nous libérons ce site historique du Haillan dans les prochaines semaines. Il était donc opportun d’organiser cet événement pour cette édition 2017 des journées du patrimoine. Et, cerise sur le gâteau : le journal Sud Ouest a classé la visite parmi ses dix "coups de coeur" du week-end !

Merci à toutes les personnes qui ont participé aux visites, ainsi qu'à Pascal Guesnet, avec qui j'ai animé cette journée, et Pierre-Emmanuel Raux, directeur d'établissement du Campus Thales Bordeaux, qui a pleinement soutenu le projet !


Le pépiniériste Toussaint-Yves Catros (1757-1836) fut salué de son vivant comme un personnage qui « a porté à son plus haut degré l’art de naturaliser les plantes étrangères ». Nous lui devons notamment la plantation des pins qui consolident les sables de la côte Atlantique, la culture de l’artichaut de Macau dans le Médoc (devenu une spécialité locale), ou encore la création de la société Catros-Gérand qui, depuis son siège à Carbon-Blanc en Gironde, est encore spécialisée dans la production et la distribution de semences. Catros a également réalisé un catalogue encyclopédique de 600 pages publié en 1810, le « Traité raisonné des arbres fruitiers ». (Ouvrage consultable en ligne ici.)

> Dossier complet sur Toussaint-Yves Catros.
> Dossier complet sur l'arboretum du domaine Catros.

Photos : Xavier Audu / Thales.

0 commentaires: