Une publication intéressante récemment vue sur les réseaux sociaux mettait en avant un clip des années 1970 où l’on voit un aéroglisseur su...

L’ère des aéroglisseurs sur l’estuaire de la Gironde... et le lien pauillacais

Une publication intéressante récemment vue sur les réseaux sociaux mettait en avant un clip des années 1970 où l’on voit un aéroglisseur sur l’estuaire de la Gironde, assurant la liaison entre Lamarque et Blaye, une ligne que l’on associe plus naturellement aux « bacs ». Il s’agissait d’une découverte pour moi, et c’est en enquêtant sur le sujet que j’ai appris le lien important entre ce mode de transport et la commune de Pauillac. Quel était donc ce lien, et par où commencer ?
 

Le point de départ naturel est l’histoire de l’un des innovateurs français les plus emblématiques de tous les temps, Jean Bertin (1917-1975). Entre autres réalisations, Bertin inventa la technique d'inversion de poussée utilisée par de nombreux avions à réaction pour ralentir à l'atterrissage. Il fut également à l'origine du célèbre concept de train sur coussin d’air, « l'Aérotrain », développé entre 1965 et 1977. À l’époque l’Aérotrain perdit sa bataille contre le TGV, mais n'est pas sans rappeler les projets actuels d'hyperloop qui prennent forme.


 Jean Bertin (source photo : Aéroclub Jean Bertin) et son célèbre Aérotain. Ainsi qu'une moissonneuse batteuse.

Dès 1955, Bertin fonde sa propre entreprise, Bertin et Cie, et crée au fil des années diverses filiales dédiées à ses différentes innovations. C’est notamment le cas pour le projet Aérotrain, suivi en 1965 par la création de la SÉDAM (Société d'Étude et de Développement des Aéroglisseurs Marins), opérant à Marignane, près de Marseille, avec une usine de fabrication près de Bayonne. La SÉDAM était également axée sur les technologies liées aux coussins d'air et était spécifiquement focalisée sur le développement et la production de ce qui allait devenir sa gamme d'aéroglisseurs amphibies, le « Naviplane ».

Le premier grand livrable de la SÉDAM était un Naviplane de 30 tonnes, le N300. Deux unités furent produites, la Baie des Anges en 1967, configurée pour transporter du fret, puis, l’année suivante, la Croisette, conçue pour transporter jusqu'à 90 passagers. Toutes deux entrèrent en service sur la côte méditerranéenne, faisant la navette entre l'aéroport de Nice, Cannes, Saint-Tropez, Monaco et San-Remo en Italie. La SÉDAM produit également un modèle beaucoup plus petit, le N102, conçu pour transporter deux membres d'équipage et 12 passagers. Ce dernier n'a jamais connu de succès significatif, malgré de nombreux essais commerciaux comme, par exemple, entre la station balnéaire de la Grande Motte et des plages isolées.


Un N300 à Nice (source photo : Reddit) et un N102 au large de la Grande Motte (source photo : Le Maxi-Mottain).


Et voilà qu'en 1971, le N300 Baie des Anges fut acquis par le département de la Gironde et transformé afin d'être utilisé en binôme avec le bac existant pour assurer la liaison entre Blaye et Lamarque, ainsi que pour relier Pauillac et parfois Bordeaux (vers une plate-forme située juste à côté du Pont d'Aquitaine). Il pouvait ainsi transporter quatre véhicules et 38 passagers et il ne lui fallait que cinq minutes pour se rendre d'une rive à l'autre de l’estuaire de la Gironde. Ce Naviplane fonctionna ainsi entre juillet 1971 et décembre 1975, totalisant 20 000 trajets et 4 000 heures de vol.

Pourquoi le conseil départemental est-il revenu à un service basé uniquement sur un bac traditionnel ? Trois facteurs sont facilement identifiables. Premièrement, les nuisances sonores à l'arrivée et au départ du Naviplane, en particulier dans le centre-ville de Blaye, devaient être peu appréciées des riverains. Deuxièmement, le ferry avait une capacité bien plus grande, étant capable de transporter 40 véhicules et 350 passagers. Et enfin, la Baie des Anges a subi quelques incidents malheureux. Dans un cas, la porte avant du Naviplane n'avait pas été correctement fermée en début de traversée. Et lorsque le pilote s’en rendit compte, il freina brusquement. La porte s'ouvrit, l'eau entra à l’intérieur et une Citroën de luxe se retrouva au fond de l'estuaire ! Heureusement, personne ne fut blessé. Puis, lors d'une autre traversée nocturne, l'aéroglisseur entra en collision avec un mât radar stationnaire au large de Lamarque, causant des dommages structurels à l'engin.


Carte postale souvenir (source : Aeromed).

À Lamarque, la Paillote de Steph se trouve désormais là où la Baie des Anges arrivait jadis.
 
Selon divers témoignages, c'est dans cette zone au pied du pont d'Aquitaine que l'aéroglisseur faisait escale à Bordeaux.

Pendant ce temps, en 1973, le SÉDAM avait du mal à joindre les deux bouts mais commença à travailler sur un modèle beaucoup plus important de 260 tonnes, le N500, le plus grand aéroglisseur de passagers de son temps, conçu pour transporter jusqu'à 400 personnes, 55 voitures et cinq autocars à des vitesses allant jusqu'à 70 nœuds (environ 130 kilomètres à l'heure). Deux commandes fermes furent obtenues pour ce projet plus ambitieux, du département de la Gironde (en vue d’assurer la traversée Royan-Le Verdon à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde), et de la SNCF (pour la traversée de la Manche). Parmi d’autres pistes commerciales de l’époque, citons la liaison entre Nice et la Corse, ou encore un projet canadien.

Sans doute attirée par l'air revigorant de l'estuaire de la Gironde, en décembre 1975, la SÉDAM déménagea à Pauillac, opérant depuis un grand hangar face à l’estuaire, juste au nord de la ville. C'est donc à Pauillac que commencèrent les travaux du N500, menés par un certain Paul Guienne, qui avait également dirigé les études sur le projet Aérotrain. La SÉDAM démarra la construction des deux premiers Naviplane : le N500-1, pour la commande girondine, fut renommé la Côte d'Argent, tandis que le N500-2 pour la SNCF devait initialement s'appeler la Côte d'Opale, mais fut renommé l'Ingénieur Jean Bertin en hommage à l’innovateur, disparu pendant cette période. Mais la suite n’allait pas être si simple pour les deux N500… 

Le vol inaugural réussi de la Côte d'Argent eut lieu sur l'estuaire en avril 1977. Mais lors d’une séance de travaux de réparation réalisés par des sous-traitants de la SÉDAM le mois suivant (en amont d'une visite ministérielle), une technicienne marcha sur une ampoule qui explosa, mettant le feu à un bidon de dissolvant. L'ensemble de l'engin prit feu et fut totalement détruit en moins d'une heure, tout cela quelques jours avant son inauguration par le prince Charles. Cette fin tragique est détaillée, avec de nombreuses photos d'archives, ici.

L'épave du N500-1. Photo diffusée par l'unité d'investigation et parmi de nombreuses images qui figurent sur l'excellent site internet entièrement dédié aux Naviplane.

Quant à l'Ingénieur Jean Bertin, après un voyage épique de Pauillac à Boulogne-sur-Mer qui dura 25 heures avec de nombreuses escales de ravitaillement le long des côtes de l’Atlantique et de la Manche, il entra en service en 1978 aux couleurs de Seaspeed, la société commune SNCF / British Rail. Il opéra aux côtés de deux aéroglisseurs britanniques SR.N4 « classe Mountbatten », et permettait de traverser la Manche en moins de 30 minutes (dont un record de 22'15" entre Douvres et Calais qui ne fut pas homologué faute d’huissier !).

En 1981, l'Ingénieur Jean Bertin fut repris par la société Hoverspeed (résultat de la fusion entre Seaspeed et Hoverlloyd) et fut largement rénové à la demande de la SNCF, rentrant en service pour une courte période en 1983 avant d'être mis à la retraite, puis abandonné et démantelé sur une plage à Boulogne-sur-Mer en octobre 1985. 

Plus généralement, les lignes aéroglisseurs de la Manche allaient entrer dans une spirale descendante avec l'ouverture du tunnel sous la Manche en 1994. Le dernier aéroglisseur transmanche fut retiré du service en 2000. 


L'
Ingénieur Jean Bertin N500 s'approchant du port de Douvres. Source photo : Wikipedia


Revenons à Pauillac où la SÉDAM allait mal. Le département de la Gironde avait retiré sa seule commande, choisissant de réorienter les fonds vers des besoins jugés plus urgents (infrastructure routière et écoles). De plus, la SNCF n’était pas prête à s’engager sur d’autres commandes, préférant le SR.N4 britannique. Vers la fin des années 1970, l'entreprise fut reprise par les constructeurs navals Dubigeon-Normandie, mais s’effondra pour de bon en 1983, son projet final étant sans doute la rénovation d'un N102 qui avait été acheté de nombreuses années auparavant par un entrepreneur égyptien basé aux Émirats Arabes Unis.

Malgré la disparition de l’entreprise, le hangar de Pauillac hébergeait toujours les deux aéroglisseurs N300 à la retraite, ainsi que quatre N102. Une vente aux enchères eut lieu en mai 1983 et un ferrailleur bordelais acheta les N102. Un restaurateur acquit la Baie des Anges avec l'intention de la transformer en restaurant à Pauillac mais n’obtint pas les autorisations nécessaires. De nouveaux projets de vente n’aboutirent pas et l'appareil resta donc dans l'entrepôt. La Croisette fut rachetée par un ferrailleur de Pauillac mais resta également sur place. Fin 1983, les deux furent ferraillés et l'histoire du SÉDAM se termina dans l’indifférence.

Alors, que reste-t-il aujourd'hui de l'histoire de la SÉDAM et de ce chapitre pauillacais ? À Pauillac, l'entrepôt SÉDAM est désormais utilisé par la société vinicole Baron Philippe de Rothschild pour le stockage de ses marchandises avant distribution dans le monde entier. Face à l’imposant hangar et du vaste espace qui est désormais un parking (lieu de l'incendie fatidique de 1977 qui a détruit le N500-1), une grande plate-forme en béton rappelle l'endroit exact où les aéroglisseurs se lançaient sur l'estuaire. 

 Grâce à l'excellent site Remonter le Temps de l'IGN, il est tout à fait possible de redécouvrir la configuration d'antan. Nous voici en 1976 avec ce qui pourrait être deux N102 stationnés devant le hangar.

Et voici la même vue en 1977... avec un N500 solitaire, sans doute l'Ingénieur Jean Bertin.

De ces N102 repris par le ferrailleur bordelais, deux furent récupérés ces dernières années à Villenave d’Ornon par un groupe de passionnés en vue de les rénover et de les restaurer. Cette aventure est racontée en détail ici mais, pour résumer, retenons que les deux épaves furent transformées en un Naviplane N102 tout beau qui est aujourd’hui fièrement exposé en permanence à l'extérieur du château de Savigny-lès-Beaune en Bourgogne, comme le montre clairement la vue satellite de Google de la zone ci-dessous à droite !

Source photo de gauche : hangarflying.eu

Enfin, alors que l'utilisation des aéroglisseurs pour transporter de grands nombres de passagers est moins répandue de nos jours (à quelques exceptions près, comme sur la liaison entre Portsmouth et l'île de Wight), la technologie continue de faire ses preuves dans des situations militaires complexes ou pour faire face à des reliefs accidentés où aucun autre type d'engin n'est capable d'opérer. Et, qui sait, il pourrait un jour faire son grand retour, y compris en Gironde où le sujet revient souvent comme une solution potentiellement efficace pour relier le centre de Bordeaux à Blaye et la pointe de l'estuaire !

 

En attendant, l'intérêt pour les aéroglisseurs a tout sauf diminué. De nombreux clips d'archives sont à retrouver sur Youtube, il existe un formidable site entièrement dédié aux Naviplane, et en cette ère des réseaux sociaux, vous pouvez même trouver une page Facebook qui ne parle de rien d'autre que du Naviplane N500 Ingénieur Jean Bertin !

 

Foncez donc vers Google, faites un tour sur naviplane.free.fr et explorez par vous-même le monde étrange et merveilleux de l'aéroglisseur, dont le vrombissement alors futuriste fut, pendant les années 1970, un bruit récurrent sur les rives de l'estuaire de la Gironde !


> Localiser sur la  la carte Invisible Bordeaux : Former SEDAM hovercraft factory, Pauillac; Bac Lamarque-Blaye ferry port, Lamarque; Bac Blaye-Lamarque ferry port, Blaye.
> Beaucoup d'informations dans ce dossier sont issues de l'excellent site naviplane.free.fr website, dont la découverte est fortement conseillée !
> Source photo en début d'article: Aeromed
> This article is also available in English!

0 commentaires: