Cachée dans les bois non loin des rives de la rivière Leyre, dans le hameau de Lamothe, juste à l'est du Teich, se trouve la ...

La fontaine Saint-Jean : la miraculeuse source tarie du côté du Teich


Cachée dans les bois non loin des rives de la rivière Leyre, dans le hameau de Lamothe, juste à l'est du Teich, se trouve la petite et quelque peu mystérieuse Fontaine Saint-Jean, abritant une source qui est maintenant asséchée mais qui était autrefois réputée pour ses propriétés miraculeuses.

Ce petit édifice, qui a été restauré ces dernières années, date du 17e siècle et bien que je n'ai pas pu les repérer, les dates 1645 et 1650 sont apparemment gravées dans la structure, dans la niche concave qui jusqu'en 1772 contenait une statue de Saint Jean, saint patron de Lamothe (la statue fut la victime malheureuse d'un différend entre les habitants du Teich et de Mios).

Bien que peu d'informations sur la fontaine soient facilement disponibles, certaines des descriptions plus détaillées à retrouver en ligne (voir les liens au bas de cet article) mettent en exergue le passé mystique et religieux du lieu. Ceci peut être principalement attribué à son emplacement sur l'un des plus anciens des nombreux chemins de pèlerinage de Compostelle à travers la région ; le lieu a donc servi de halte naturelle pour les marcheurs en route vers ou depuis Saint-Jacques-de-Compostelle au fil des siècles. Mais certains érudits ont même prétendu que l'histoire remontait beaucoup plus loin et que la source était saluée pour ses vertus spirituelles avant même l'ère de la conquête romaine de la Gaule !

L'environnement est pour le moins paisible. 
Quoi qu'il en soit, il existe diverses légendes sur les propriétés curatives de l'eau de la fontaine, notamment pour les affections cutanées, bien que tout au long du 20e siècle, cette croyance s'est estompée lorsque la source s'est tarie (probablement en raison des travaux importants effectués à proximité pour construire des lignes de chemin de fer). Pourtant, même en ces temps modernes, il serait encore possible de voir des chiffons déposés sur la fontaine, un rite traditionnel landais synonyme d'espoir d'un miracle.

Une bougie déposée lors d'une récente visite ?
Le jour de ma visite aux côtés de mon compagnon de voyage occasionnel, mon beau-père Michel, il n'y avait aucun chiffon, bien que la zone soit si humide que nous aurions volontiers déposé le nombre de chiffons qu'il aurait fallu pour nous débarrasser de l'assaut constant de moustiques affamés ! Il y avait des signes de visites récentes : une bougie avait été déposée avec une statuette de la Vierge. Des bancs sont positionnés en forme de demi-cercle face à la fontaine, rappel que le lieu sert d'arrêt aux pèlerins, bien qu'il aurait fallu une âme courageuse résistante aux insectes pour s'y arrêter trop longtemps ! L'ambiance est très paisible, le silence seulement troublé par deux cavalières qui avaient sans doute le meilleur moyen de transport pour pouvoir faire face aux marécages tout autour.

Chevaux, vélos et une fontaine miraculeuse. Un beau tiercé.
À la fin de notre visite je semblais finalement être sorti indemne des innombrables attaques de moustiques ; doit-on y voir les effets des qualités miraculeuses du lieu ? Mais surtout, j'étais simplement content d'avoir vu cet endroit insolite, notamment parce que c'était loin d'être ma première tentative pour le trouver ! En effet, la fontaine n'est pas facile à localiser ou à atteindre. L'astuce est de viser le parking du Kayak Club du Teich, juste à côté de la départementale D804, puis de continuer vers le sud en longeant la Leyre (ou l’Eyre). Vous passez ensuite sous un pont de chemin de fer, avant de traverser une petite passerelle en bois au-dessus du ruisseau (ou craste) Beneyre. En prenant immédiatement à droite, en suivant ce ruisseau, le sentier forestier vous mènera à la fontaine Saint-Jean.

Enfin, à voir non loin de là : parallèle à ce chemin, un peu au nord, se trouve la bien nommée allée de la Fontaine Saint-Jean, avec une curieuse rangée de maisons à pans de bois qui semblent tourner le dos à la rue, préférant regarder en direction de la voie ferrée. Il est possible que l'attrait indéniable de ces jolies maisons souffre lors de chaque passage d'un TGV à quelques mètres de leurs fenêtres !
Les maisons de l'allée de la Fontaine Saint-Jean tournent le dos à la route.
> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : fontaine Saint-Jean, Le Teich.
> Des articles nettement plus complets sur la fontaine sont à découvrir ici : Marinelle Balades Photos, Info Bassin, Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du pays de Buch.  

0 commentaires: